ACCUEIL
Hold-up
Retour en haut  
Merci pour vos commentaires
Après 10 jours passés sur les routes du Mexique nous arrivons dans la grande ville de Mexico!!! Fini les vents violents, les belles plages pour se baigner, le soleil parfois insupportable entre 11hrs et 15hrs et surtout, du moins on l’espère, plus de mauvaise rencontre.

En traversant la frontière, nous étions très contents de manger enfin quelque chose au goût différent. Hé hop les tacos mais « Por Favor » non piquant. Il y a des jalapenos dans chaque petit plat, nous avons appris très vite à les distinguer. Il y a aussi les tortillas qui accompagnent tous les menus et qui sont très bonnes avec les fèves noires. Les menus du midi sont abordables et coûtent en moyenne moins de 10$ pour 2 personnes.

Nous longeons principalement la côte. Nous avons rencontré plusieurs cyclistes qui descendent vers le sud. 2 d’entre eux nous suggèrent un endroit où dormir sur notre route. Nous avons juste à nous rendre au prochain village et demander où est la maison de Rodrigo, le professeur d’anglais. Nous avons rapidement trouvé l’endroit et sommes accueillis comme des amis de longue date. Rodrigo ouvre la porte de sa demeure aux cyclistes qui désirent se reposer au besoin quelques jours. Lupita, sa femme, nous fait découvrir quelques plats typiques. Des mangues encore vertes (pas mûres), coupées en petit morceaux comme des chips assaisonnées de lime, chili, sel et poivre. Il paraît que les femmes enceintes en raffolent. Pour notre part nous avons fait la grimace à la première bouchée mais finalement nous avons terminé le bol au complet. Après quelques morceaux c’est piquant dans la bouche mais rafraîchissant en même temps. Nous avons aussi gouté les tostados…tortillas séchées au soleil garnies de laitue, fève, poulet, tomate, avocat, crème sure et fromage. En échange nous avons aussi mis la main à la pâte. Le Français et les 2 Belges ont fait une tarte aux pommes, le couple allemand s’est occupé de la salade et nous c’est les « roesti » accompagné d’une sauce au poulet.

Le plein d’énergie étant fait, nous reprenons la route. Mais, ça ne sera pas assez car dans un secteur précis, le vent se déchaîne sur nous et nous pousse tout bord tout côté. Dans ce coin de pays, les vents de l’Atlantique combattent ceux du Pacifique. (Voir photo). Un monsieur qui va livrer son lait avec sa camionnette nous délivrera de 10km de ce passage difficile. Il nous raconte que les vents peuvent souffler à près de 200km/h et la route doit être fermée au camion. Un avantage pour certains, il y a plus de 1000 éoliennes dans cette région et ils prévoient en construire encore plus de 4000.

Une fois passés cet endroit il reste seulement un petit vent pour nous rafraîchir de la chaleur intense du soleil. Nous côtoyons les hôtels tout inclus. Nous faisons un petit arrêt à Huatulco et profitons de la belle plage Entrega pour se baigner et faire un peu de snorkelling.

Un midi nous arrêtons faire une pause pour dîner dans un parc de la ville de Rio Grande. À 13hrs beaucoup d’élèves se promènent, c’est la fin des cours et le début de la fin de semaine. Nous quittons l’endroit et après 8km, une moto nous dépasse avec 3 jeunes à bord. 1 km après Jacinthe devant moi aperçoit les mêmes marchant sur le bord de la route et disparaître. Nous roulons légèrement en montée donc pas très vite et 1 jeune refait surface devant nous et 2 autres de l’autre coté de la rue. S’avançant vers nous l’un d’eux sort de son pantalon un revolver douteux, le charge et le pointe vers nous. Un autre sort une machette de 2 pieds de lame. Nous comprenons qu’ils veulent nous voler et je me prépare à sortir ma caméra. Mais ils ne sont pas très à l’aise que j’ouvre mon sac ils veulent plutôt se mettre à l’abri des regards et me force à amener mon vélo dans un petit chemin. Mais ils manquent de coordination….Jacinthe laisse son vélo par terre en plein milieu de la rue en espérant qu’une auto passe par là. Nous sommes alors séparés de quelques mètres. Un gars travaille fort pour emmener mon vélo plus loin, ce n’est pas facile à manier avec le poids. Pendant ce temps je tente de me libérer de l’emprise de l’autre. Le troisième me menace d’une roche après avoir ramené le vélo de Jacinthe. Elle lance un cri et le gars avec le revolver demande la machette au gars qui tient la roche. J’ai alors éliminé tous les doutes en moi et compris que le pistolet était du bluff. Je ramasse la machette qui est maintenant par terre.
C’est parti, je cours maintenant avec la machette contre 3 lapins en fuite! J’en pourchasse un qui tente de traverser avec peine et misère un fossé très dense en branches. Il a activé la seconde vitesse quand il m’a entendu crier derrière lui. Je les laisse en fuite et retourne à nos vélos. Tout est ok, un peu ébranlés nous repartons avant de neutraliser la moto, prendre des photos et noter le numéro de série car il n’y a pas de plaque. Voilà une histoire dont on se serait bien passé. Nous avons fait une centaine de km et décidé de quitter la côte et de rouler maintenant à l’intérieur du pays.

Nous sommes à 2300m/a cela fait du bien de changer d’air et allons visiter la ville!