ACCUEIL
Guatemala
Retour en haut  
Merci pour vos commentaires
Notre 10e pays visité et dernier de l’Amérique centrale. Ce pays nous a rappelé un peu les airs de la Bolivie : coloré, sympathique, typique et bruyant.

Nous avons décidé de passer le nouvel an à Antigua malgré que tous les hôtels affichaient complets pour le 31 décembre et que nous n’avions aucune réservation. Arrivés sur place nous avons vite trouvé un hôtel à notre budget et compris que les hôtels affichent complets sur internet pour être en mesure d’accueillir les fêtards de la ville de Guatemala pour doubler les prix des chambres. Pour nous, heureusement le petit nouveau avait oublié ce principe et avons payé le prix de base.

Nous quittons cette charmante ville à pied… les routes de pavé raboteuses dans la ville ne sont pas recommandées pour les vélos bien chargés. Au passage nous en profitons pour acheter quelques fruits pour la journée à 2 dames qui font du porte à porte pour vendre leurs produits. Toutes les femmes jeunes et moins jeunes portent les habits typiques brodés à la main. Ils sont très colorés avec beaucoup de détails.

En direction du lac Atitlan nous devons travailler dur pour monter les côtes pas très longues mais bien prononcées. Le paysage est montagneux avec plusieurs volcans. Le soir nous demandons pour planter notre tente chez un paysan. Il nous enseigne comment séparer les fèves de leurs écailles et les différentes sortes de maïs qu’ils cultivent. Sa maison étant plus loin, nous dormirons en sécurité sur son terrain avec son chien de garde et le voisin armé qui tirera quelques balles au besoin.

Nous continuons notre route vers le lac et les volcans que nous pouvons admirer durant notre pause du dîner. L’après-midi sera que du bonheur avec une belle descente de plus 1500 m/a. En fin de journée, comme à l’habitude, 2 heures avant le couché du soleil nous recherchons un bon endroit pour dormir. Nous voyons un hôtel et allons demander le prix. Trop élevé pour notre budget, nous essayons de négocier le beau terrain avec une pelouse bien verte pour mettre notre tente. Malheureusement nous ne faisons pas le poids et nous nous dirigeons vers la sortie. Nous croisons une camionnette qui arrive au même moment et 4 personnes en débarquent. La femme raconte notre demande au monsieur et il se retourne vers nous et nous rappelle en nous disant qu’il n’y a pas de problème pour mettre la tente, utiliser les toilettes, prendre une douche et tout cela gratuitement. Super! Nous passerons encore une nuit en sécurité car les 3 autres gars mettent bien en évidence leur révolver rangé à la ceinture de leur jeans.

Le Mexique n’est plus très loin. Nous roulons sur une route assez achalandée de camions qui transportent la canne à sucre vers les usines de transformation. Durant une pause nous discutons avec un signaleur de la route. Il nous raconte que la canne est coupée à la main par une équipe de trente hommes de jours et trente hommes de soir. Il dit que ce travaille est bien payé. Pour 2 semaines de travail à 12hrs par jour ils reçoivent environs 150$. De retour sur la route il y a nos bons vieux autobus d’école jaune recyclés en bus publics avec quelques modifications. Ils ne sont plus jaunes mais plutôt très colorés au goût du propriétaire. Les bus sont remplis de gens assis pour les chanceux et debout jusqu’au bord de la porte pour les autres. Nous en voyons régulièrement avec la suspension écrasée à l’arrière tellement il y a de gens à l’intérieur. Sûrement pour donner un peu de puissance le système d’échappement est vidé de son contenu. Résultat un bruit infernal et un nuage noir tellement intense que nous devenons sale avec des particules dans les yeux comme du sable.

Après 10 jours au Guatemela nous traversons la frontière vers le Mexique. Le voyage change tranquillement de forme sachant que la prochaine fois nous arriverons au États-Unis.