ACCUEIL
Un oeuf peut tenir "debout" en équilibre. Il est par contre impossible de marcher droit sur la ligne les yeux fermés. (voir vidéo)
8 juillet 2012
Nous entrons en Équateur, pays de la banane!!
Voilà déjà 3 semaines que nous avons fait notre entrée en Équateur. Malgré tous les bons commentaires que nous avons entendu sur ce beau pays, pour nous, il réunit plus de mésaventures...

La première nuit, nous avons fait un détour par Huaquillas où nous pensions être hébergés par les pompiers. Malheureusement ceux-ci nous ont refusé l'hospitalité. Pas le choix de trouver un hôtel...

Les quelques jours suivants furent beaux et chauds. Nous roulions à travers les champs de bananiers. Les pompiers de Pasaje ont été plus hospitaliers. Une gentille dame nous a aussi accueillis chez elle une nuit et a redoré la première impression que nous avions de l'Équateur.

La route pour se rendre à Cuenca nous en a fait baver!! Les ingénieurs de la route ici ne font pas de vélo soyez en certains!! Les montées et descentes sont vraiment à pic!! On ne connaît pas le pourcentage de la pente, mais c'est raide!!

À Cuenca, nous avons pris quelques jours de repos. Béat a joué au super héro en pourchassant un voleur! Pendant que nous jasions avec les 3 cyclistes Belge que nous venions de rencontrer à l'hôtel à côté du nôtre, une dame a crié: "Au voleur!" (en espagnol). Un des Belge est aussitôt parti aux trousses du voleur qui passait devant nous et Béat a fait ni un, ni deux et s'est élancé dans un sprint pour rattraper le méchant. La police a suivi quelques secondes plus tard en croyant tout d'abord que les 2 "gringos" étaient les malfaisants. Elle s'est vite rendue compte qu'ils pourchassaient le coupable et a réussi à le capturer.

Après notre pause bien méritée et une rencontre agréable d'un couple de cyclistes Français, nous avons repris la route. Malheureusement, Jacinthe a eu un petit accrochage avec un autobus. Nous roulions sur une portion de route sans accotement et le chauffeur débile roulait la porte ouverte. Il est passé trop près de nous et la porte a frappé la main de Jacinthe. Le chauffeur a continué son chemin. Une bosse d'un demi pouce de haut est aussitôt apparue sur sa main. Une gentille famille s'est arrêtée pour la conduire à l'hôpital et par chance, rien de casser!! La moitié de la main est devenue noire dans les jours suivants mais on a pu continuer notre route, toujours aussi difficile avec ses pentes à pic et un vent puissant par endroit!

Avant d'arriver à Banos, nous étions sur une route qui laissait paraître les traces de l'éruption du volcan Tungurahua en 2009. Du sable, des pierres, de la cendre et des montées très pentues! Pour nous aider sur cette belle route, nous avons croisé des gens un peu louches. 2 hommes sur une moto ce sont arrêtés près de nous pour raconter des conneries pendant une montée difficile. L'un d'eux tenait selon Béat un fusil et du point de vue de Jacinthe une canne. Une voiture est passée au même moment et la moto est repartie. Plus loin, 2 hommes patientaient sur le bord de la route. Nous avons attendu qu'une voiture passe en même temps que nous pour les dépasser. Ils sont allés attendre plus loin. Même scénario, on a attendu qu'une voiture passe pour les dépasser. Après quelques reprises, nous avons décidé de demander à un pick-up de nous amener jusqu'à la ville pour nous éviter des ennuis. Nous sommes encore tombés sur le chauffeur le plus rapide qui passait par là. Il nous a donné toute une "ride"!

À Banos, nous avons loué un "Doombuggy" pour reposer notre arrière-train du vélo et faire la route des cascades. Après avoir réussi à en faire démarrer un, nous prenons la route vers la jungle. Nous remarquons vite que l'engin n'est pas une Ducati...il fait beaucoup plus de bruit qu'il ne roule!! Après une dizaine de kilomètres, nous faisons un arrêt pour découvrir la première et dernière chute! Le "Doombuggy" ne redémarre plus, retour à Banos sur le pouce!! Un camion de touriste nous embarque. À l'intérieur, nous rencontrons une famille de l'Orégon qui nous invite chez elle lorsque nous passerons par là! Rendu à la ville, nous avons dû nous battre avec les agences de location pour récupérer notre argent. Chose réussie, nous nous sommes payés un bon souper de fondue au fromage dans un restaurant Suisse. Béat en rêvait depuis longtemps, ça nous a consolé pour la journée ratée aux cascades... C'est ici à Banos que nous avons découvert plein de bons produits de la canne à sucre!!

Nous sommes maintenant à Quito. Les médecins sont difficiles à trouver. Nous avons passé 1 journée à faire le tour de la ville pour en trouver un qui a diagnostiqué une infection aux amygdales à Jacinthe. Après une toux qui persisitait depuis un mois et quelques pillules achetées en pharmacie sans aucune amélioration, nous n'avions pas le choix de consulter...Nous profitons encore d'une journée de repos avant de nous diriger vers la Colombie.

Nous devons accorder à l'Équateur ses magnifiques paysages colorés. La végétation est très verte et dense. Les volcans sont aussi impressionnants avec leur cime enneigée. Nous rencontrons beaucoup de cyclistes, on se croirait sur la Carretera Austral du Chili par moment.
Après une bonne nuit de sommeil, dans un beau jardin fleuri, chez une famille généreuse, curieuse et accueillante, Patricio est venu nous dire au revoir dans la tente, très tôt au petit matin.
Au milieu du monde, à la ligne qui sépare l'hémisphère sud et l'hémisphère nord, on a fait quelques petits tests de physique...
Cette photo est la dernière prise en Équateur. Nous roulons depuis le 8 août en Colombie. Aux douanes nous avons bien rigolé car un douanier a demandé à Béat de se mettre des pantalons par respect pour les gens autour. Il portait son cuissard de vélo et le monsieur croyait qu'il était en sous-vêtement...hahaha!!
Retour en haut  
Merci pour vos commentaires
Milieu du monde